Anna Konik

In the Middle of the Way

Anna Konik

Au milieu du chemin (travail encore inachevé, 2001-2007)

Installation vidéo sur sept canaux, en boucle 

 

Thaddeus : Varsovie, 2001, 09 min 57 s

Hermann : Berlin, 2002, 09 min 27 s

Svetlana : Moscou, 2005, 14 min 42 s

Gerald : Youghal (comté de Cork), 2006, 10 min 28 s

Hans-Dieter/ Augustin: Vienne, 2006, 13 min 11 s

Jenny and Pele : Zurich, 2007, 10 min 13 s

Anna : Dobrodzien, Varsovie, Berlin, 2005, 06 min 51 s

 

L’installation de sept écrans vidéo présente une réflexion très personnelle sur la vie de sans-abris rencontrés dans plusieurs villes d’Europe (dont Berlin, Cork, Vienne, et Varsovie), des personnages demeurés dignes malgré leur marginalisation. L’artiste les accompagne dans leurs activités quotidiennes, elle leur donne la possibilité de se présenter sous différents aspects. Ce faisant, Anna Konik revient sur sa propre vie, une vie nomade, qui s’est déroulée dans trois villes et deux pays (en Pologne, à Dobrodzien et Varsovie ; en Allemagne, à Berlin). La maison, le foyer, et son rôle dans la formation de l’identité sont au centre de ce travail.

« La mobilité de Tadeusz, Herman, Svetlana, Gerard, Hans-Dieter, Jana et Pele, d’Anna, ouvre une discussion dans laquelle les frontières géographiques et les nationalités comptent peu. Au contraire, on découvre un monde où les nationalités se fluidifient devant ce qui différencie vraiment les personnes et construit leur identité originale : leurs histoires propres, leurs expériences, leurs rêves. Chacun de mes personnages rêve d’une vie meilleure, de respect, de liberté, et cherche sa voie dans cette nouvelle Europe. » Anna Konik

Anna Konik réalise des installations vidéo où se combinent vidéo semi-documentaire, performance et sculpture. Depuis 2000, elle expose dans le monde entier.

 

http://www.annakonik.art.pl/

Mon histoire européenne

Lorsque j'ai quitté Dobrodzień, ma ville natale, en 1995, puis Varsovie en 2000, j'étais sûre d'y retourner sous peu. J'ai laissé derrière moi le rideau de fer et j'ai pu expérimenter ce dont tout le monde rêvait en Pologne, la vie normale d'un citoyen lambda. Pourtant, depuis cette année-là, je voyage sans arrêt entre Berlin, Varsovie et Dobrodzień. Vienne, Bielefeld, Cork, Salzbourg, Stuttgart, Stockholm... Dobrodzień, elle, est restée au même endroit, dans le sud de la Pologne, entre Opole et Czestochowa. Son nom vient de l'expression allemande « Gutten Tag » qui signifie « Dzień dobry ». Comme sous une loupe, les problèmes globaux de l'Europe sont concentrés ici à une échelle macroscopique : le chômage, la solitude, la différence, la division des classes, l'incompréhension, l'exclusion, et les différences linguistiques, culturelles et historiques... mais aussi l'espoir d'une vie meilleure, que nous partageons tous sans cesse, peu importe où nous nous trouvons aujourd'hui.