Tanja Muravskaja

Estonian Race

Tanja Muravskaja

La Race estonienne (2010)

Photographies digitales tirage lambda, 92 x 68cm, 68 x 50cm, série de 12 photos

 

Cette série de photos s'attaque à l'une des « particules élémentaires » de l'idéologie nationaliste : la race. Les visages au caractère résolument nordique se veut un portrait de l’Estonie moderne, post-soviétique, un état en évolution vers une nationalité unique. Il n’existe pas de race estonienne. En en rappelant le mythe, le projet interroge les notions d’erreurs historiques, de domination d’une nation principale, et de tolérance, des sujets particulièrement d’actualité dans les nouveaux pays européens. La série de portraits cible une des « particules élémentaires » du nationalisme en tant qu’idéologie : la race. Avec une précision encyclopédique, Muravskaja traque la « pureté estonnienne » dans le visage de citoyens estoniens, avec le secours de l’autorité académique, présentant des jeunes gens sans indication de nom, de sécurité sociale, d’identité, ou de biographie, mais dont la nationalité supposée saute aux yeux, au moins dans le cadre de cette mise en récit visuelle. Cette quête artistique peut également nous amener à nous interroger sur l'existence d'une « identité européenne pure ». Est-il seulement possible de la définir ? Que signifie être européen aujourd'hui ?

Tanja Muravskaja a déjà travaillé sur les questions d’identité, notamment dans « Positions », une série de 7 photographies de 86 x 61 cm en 2007, exposées en Estonie, au Kunstimuseum de Tartu. Ces premiers travaux consacrés à l’identité estonienne contemporaine ont amorcé un cycle de travail de quatre ans autour de cette thématique, poursuivi ensuite dans ses travaux sur l’Estonie moderne, l’élite que représente en Estonie la minorité russophone, et le passé soviétique.

 

http://www.tanjamuravskaja.com